J’ai passé mon premier contrôle technique : tout ce que vous devez savoir

En France, le contrôle technique est un examen obligatoire pour tout véhicule. Il concerne tous les véhicules dont le PTAC est en dessous ou égal à 3,5 tonnes. Pour s’assurer de la sécurité, il consiste à vérifier 133 points de contrôle qui sont classés en neuf catégories. Cette sécurité concerne autant la route que l’environnement. Voici un mini guide qui vous donne l’essentiel à savoir sur le premier contrôle technique.

Premier contrôle technique : quand le passer ?

Pour une voiture neuve, le premier contrôle technique s’effectue au cours des six mois qui précèdent le quatrième anniversaire de sa mise en circulation. Ainsi, un véhicule mis en circulation le 1er août 2019 doit faire son contrôle technique entre le 1er février et le 31 juillet 2023.

A voir aussi : Utiliser un scooter électrique : les avantages

Contrôle technique : à quelle fréquence renouveler après le premier contrôle ?

Une fois le premier contrôle technique effectué, les autres doivent être faits dans un intervalle de deux ans. Vous devez le faire de votre plein gré, car aucune convocation ne vous sera envoyée. La date du nouveau contrôle dépend du précédent.

Vous pouvez la retrouver sur votre carte grise, dans votre carnet d’entretien, sur votre pare-brise ou encore sur une vignette. Pour passer ce nouveau contrôle, il est important de prendre préalablement un rendez-vous.

A découvrir également : Identifiez le casque moto le plus adapté pour une meilleure isolation phonique

Date de contrôle technique passée : que faire ?

Vous vous trouvez en infraction si vous dépassez votre date de contrôle technique. Pour rouler avec un contrôle technique expiré, il n’existe aucune date ou délai de tolérance à ce sujet. C’est en effet la date butoir du prochain contrôle technique qui figure sur la vignette.

Autrement dit, vous devez être prévoyant tous les deux ans et y aller un peu en avance. Vous risquez malheureusement les mêmes sanctions, si la date de votre contrôle technique est passée depuis un jour ou un mois.

Ainsi, un contrôle technique non fait dans les délais vous expose à l’immobilisation de votre voiture et à la confiscation de votre carte grise. Vous aurez également à payer une amende pouvant varier entre 135 et 750 euros.

Contrôle technique non favorable : que faire ?

premier contrôle technique

Vous pouvez effectuer une contre-visite quand le professionnel remarque des défauts sur votre véhicule lors du contrôle technique. Elle est applicable lorsque les défauts constatés sont d’ordre critique ou majeur et mettent en danger les autres usagers de la route ou vous-même.

Par exemple, vous ne passerez pas le contrôle technique si votre liquide de frein est contaminé ou si votre dispositif assisté de freinage est défaillant. Une fois les réparations faites par un mécanicien, vous devrez donc réaliser une contre-visite. Cette dernière consiste à vérifier les défaillances notées lors du contrôle technique. Elle peut durer 30 minutes voire plusieurs heures.

Vous bénéficiez de deux mois après le contrôle technique pour réaliser la contre-visite. Ce délai inclut la période de réparation des défaillances. Veillez donc à prendre automatiquement rendez-vous chez un garagiste après refus de votre contrôle technique.

Le prix de la contre-visite dépend du centre de contrôle et du type de contrôle à effectuer (simple ou sur machine). En moyenne, il varie entre 20 et 30 euros. Cependant, l’opération est gratuite dans certains centres, à condition que vous ayez au préalable réalisé votre contrôle technique dans ce centre.

En cas de refus de la contre-visite, un délai supplémentaire de deux mois vous est de nouveau accordé pour réaliser une seconde contre-visite.

Contrôle technique : est-ce une obligation lors d’une vente ?

Un contrôle technique en règle est obligatoire si vous désirez vendre votre véhicule. Il est à effectuer six mois avant la mise en vente de l’auto et est fourni avec les autres documents.

Toutefois, il n’est pas une obligation si vous vendez votre véhicule à un professionnel ou si l’auto a été mise en circulation, il y a moins de quatre ans. Ceci est aussi valable s’il s’agit d’une voiture de collection. En effet, ce genre de voiture n’est pas soumis à l’obligation de contrôle technique.

En définitive, si vous avez déjà passé votre premier contrôle technique, les prochains se feront chaque deux ans. En cas d’échec de celui-ci, vous pourrez dans un délai maximum de deux mois, faire une contre-visite après avoir corrigé les défaillances notées lors du contrôle technique.

Comment se préparer pour le contrôle technique

Maintenant que vous savez ce qu’il en est de l’obligation du contrôle technique et de sa fréquence, il faut savoir comment s’y préparer. Effectivement, une bonne préparation peut éviter les mauvaises surprises le jour J.

La première chose à faire est de vérifier l’état général du véhicule. Il faudra, par exemple, veiller à la propreté des vitres, au bon fonctionnement des éclairages ou encore au niveau d’huile et d’eau dans le moteur.

Il faut vérifier l’état des pneus afin que ceux-ci soient conformes aux normes fixées par la loi. Le témoin d’usure ne doit pas être visible sur toute la bande de roulement et leur pression doit être correcte. L’échappement doit aussi être en bon état car il joue un rôle primordial pour réduire les émissions polluantes.

Si votre voiture dispose d’un système électronique (ABS ou ESP), assurez-vous qu’il fonctionne bien car cela fait partie intégrante du contrôle technique.

Pensez aussi à effectuer une vidange si nécessaire ainsi qu’une purge du liquide de frein. Ces deux éléments sont importants pour assurer un excellent freinage lorsqu’on se trouve sur la route.

Les principales vérifications effectuées lors du contrôle technique

Maintenant que vous êtes prêt pour le contrôle technique, il est temps de découvrir les principales vérifications effectuées par les experts. Ces derniers disposent d’une liste spécifique à chaque type de véhicule et vont inspecter plusieurs points clés.

Ils examinent l’identité du véhicule. Cette étape consiste à vérifier si les informations figurant sur la carte grise correspondent bien à celles présentes sur le véhicule. Ils se pencheront ensuite sur l’état général du châssis, en passant notamment sous la voiture pour détecter toute usure ou corrosion.

Les freins sont aussi un élément crucial du contrôle technique. Les techniciens mesureront l’épaisseur des plaquettes ainsi que leur usure afin de s’assurer qu’ils fonctionnent correctement. Ils examineront aussi l’état des disques et tambours, ainsi que celui des flexibles et canalisations.

Le système de direction sera aussi ausculté avec attention afin de repérer tout jeu anormal dans la colonne ou dans les roulements. Il y aura une inspection minutieuse des pneumatiques : dimensions, structure, profondeur des rainures…

La suspension fera partie intégrante du test car elle influe directement sur le confort et la sécurité lorsqu’on conduit un véhicule. Les amortisseurs seront donc soumis à une évaluation rigoureuse.

Afin de réduire au maximum les émissions polluantes engendrées par votre automobile, il sera procédé au contrôle anti-pollution qui va permettre d’analyser les gaz d’échappement. Les centres de contrôle technique sont équipés pour mesurer la teneur en CO2, en hydrocarbures et en oxydes d’azote.

Sachez que le contrôle technique peut aussi porter sur l’ensemble des équipements intérieurs. Les techniciens vérifient ainsi l’état du volant, la présence de ceintures de sécurité fonctionnelles ou encore l’état général des sièges avant et arrière.

Une fois toutes ces étapes passées avec succès, vous aurez obtenu votre précieux certificat de conformité, gage de la fiabilité et de la sécurité de votre véhicule.

vous pourriez aussi aimer