Comprendre les clauses et les conditions de l’assurance auto pour un jeune conducteur

Félicitations ! Vous venez d’obtenir votre permis de conduire et vous avez aussi le projet d’acheter une voiture. Il est donc tant de penser à votre assurance auto, car elle est obligatoire. Pour certains jeunes conducteurs, la prime d’assurance peut couter jusqu’à 100 euros/mois. Pour comprendre les clauses et les conditions de l’assurance auto pour le jeune conducteur, lisez la suite de l’article.

La cherté de l’assurance jeune auto

Le prix de l’assurance jeune conducteur est déterminé en fonction de plusieurs facteurs. En effet, à cause du manque d’expérience des jeunes conducteurs au volant, les assurés doivent d’abord notifier si oui ou non, ils ont fait des cours de conduite accompagnée. Cet aspect est non négligeable pour établir le cout de la prime d’assurance. Même le profil psychologique de la personne est étudié. S’il présente plus de risque de faire un accident, alors sa prime d’assurance se verra augmenter. Il en est de même pour les jeunes conducteurs qui ont un permis de conduire de moins de 3 ans.

A lire aussi : Assurance auto : pourquoi opter pour une formule au tiers ?

L’âge du jeune conducteur

Selon une étude, les jeunes de 18 à 24 ans sont à l’origine de ¼ d’accidents de la route. Pourtant, il ne représente même pas 1/10 de la population. Ainsi pour éviter de faire des pertes, l’assureur fait recours à l’augmentation de la supprime. L’âge du jeune conducteur est donc déterminant. Il y aura ainsi une différence pour les jeunes conducteurs de plus de 25 ans et les moins de 25 ans dont l’assurance peut grimper jusqu’à 1500 euros par an. Un tel montant n’est pas bénéfique pour eux étant donné qu’ils n’ont pas très souvent un revenu stable. Outre le critère de l’âge du conducteur, il y a également le facteur de la région géographique où le jeune est amené à conduire.

Le profil du jeune conducteur

Auprès des assurances, le jeune conducteur à deux profils. Soit, il est le conducteur principal soit conducteur secondaire. Dans le premier cas, le jeune possède son propre véhicule et doit souscrire à cette option auprès de son assurance. Dans le second cas, le conducteur doit associer une autre personne à son contrat d’assurance et de préférence son parent après le prêt de la voiture. Il en est de même pour les deux conjoints. Dans ces deux cas, le jeune conducteur doit éviter les accidents pour obtenir un bonus. Dans le cas contraire, le bonus sera affecté ainsi que la prime de la cotisation.

A lire en complément : Les éléments essentiels pour sélectionner votre assurance auto idéale

Le bonus/malus

Il est encore appelé coefficient de réduction sur majoration et concerne les véhicules terrestres à moteur. Ce système a été mis en place par le code des assurances. Au début de l’assurance, le jeune conducteur est à 0. S’il ne cause aucun accident alors, le bonus sera augmenté et la prime d’assurance pourra diminuer. Mais dans le cas contraire, la prime d’assurance sera augmentée. Toutefois, il ne s’agit pas de tous les accidents. Les exceptions sont les incendies, le vol, les tempêtes et ne concernent pas l’assuré.

Alléger le prix de l’assurance jeune conducteur

Il existe des solutions pour éviter de subir la supprime présente dans les clauses de votre devis d’assurance auto. En effet, il faut commencer l’apprentissage de la conduite anticipé à un jeune âge, c’est-à-dire à 16 ans. La conduite doit être accompagnée pendant 2 ans pour une meilleure maîtrise.

vous pourriez aussi aimer