Comment savoir si une boite auto patine ?

1

En surfant sur le net à la recherche de solutions/explications sur des problèmes de patinage ou des secousses sur une transmission automatique ou un DSG, vous trouverez de nombreuses informations sur « Réglages de base », « Adaptive » ou « Box Reprogrammation ».

grande majorité des informations et déclarations diffusées sur les forums ou par certains professionnels inexpérimentés, sont malheureusement FAUSSES et/ou INCOMPLÈTES La  !

A lire en complément : Quelle voiture occasion acheter en 2021 ?

De même, chez Doctor BVA, nous avons très souvent des questions sur les « paramètres de base » et « la reprogrammation de la boîte faite chez mon revendeur ». Ces questions et ces fausses informations qui circulent sur le net révèlent un manque de connaissance très compréhensible (car tout cela est technique et complexe) de ce que sont réellement les adaptatifs et des paramètres de base. Dans cet article, vous trouverez les bases techniques pour vous aider à mieux comprendre ces principes et surtout à éviter de perdre du temps et potentiellement de l’argent pour finalement ne pas résoudre aucun problème et/ou vous donner de faux espoirs quant à la état réel de votre boîte automatique. En effet, il faut conserver un principe simple sur les réglages adaptatifs et basiques : Il ne sert à rien de « s’agiter sans raison » car en termes d’adaptation, votre box fonctionne pour vous et fonctionne très bien toute seule !

Avant tout, voici les réponses aux questions que l’on nous pose habituellement sur les paramètres de base … Vous trouverez ci-dessous les raisons techniques qui vous permettront de comprendre les réponses données :

A lire également : Quand enlever l'antipatinage ?

Voici les bases techniques de ces réponses cela brise certainement certaines idées fausses qui circulent aussi bien chez les particuliers qu’auprès de certains professionnels.

  • Ne confondez pas « Paramètres de base » et « Reprogrammation de boîte » :

De nombreuses personnes, mais aussi des professionnels confondent à tort et utilisent le terme « Box Reprogramming ». Vous ne devez pas confondre « reprogrammer une boîte » et faire « paramètres de base ».

Une « Box Reprogramming  » consiste à modifier le programme interne du boîtier ECU. Cela nécessite des outils de programmation spécifiques et ne peut être effectué que chez un revendeur de marque et/ou chez certains spécialistes tels que Doctor BVA. Une reprogrammation de la boîte peut être requise lorsqu’un fabricant demande à ses revendeurs de mettre à jour le programme de boîtes. C’est également ce que propose Doctor BVA avec des programmes modifiés pour améliorer le confort et les performances des boîtiers DSG (voir ici pour plus d’informations : https://docteur-bva.com/reprogrammation/). En résumé, une reprogrammation de boîte est toujours possible mais c’est très rare dans concessionnaires ou réservés à des spécialistes tels que Doctor BVA !

Les réglages de base sont une procédure électronique (réalisée avec un boîtier de diagnostic) à effectuer après chaque vidange ou remplacement d’une pièce (mécatronique, embrayages, convertisseur… etc…) ou d’une boîte de vitesses. Les paramètres de base consistent (entre autres) à remettre à zéro ceux « adaptatifs » et à apprendre rapidement leurs nouvelles valeurs. En d’autres termes, les paramètres de base ne modifient pas le programme interne de la calculatrice de boîte, ils modifient simplement certaines variables de fonctionnement du programme. Les réglages de base sont donc plus souvent effectués dans la « vie » d’une boîte de vitesses automatique ou d’un DSG, mais n’ont rien à voir avec ce que certains appellent de manière inappropriée « reprogrammation de la boîte ».

  • Adaptive : de quoi s’agit-il ?

adaptatifs sont des corrections Les appliquées aux valeurs de pression sur les embrayages afin de prendre en compte les tolérances de fabrication de la boîte et les embrayages, mais aussi leur usure et enfin l’évolution de la viscosité de l’huile.

Ces valeurs d’adaptation peuvent prendre différentes formes selon qu’il s’agit d’une transmission automatique de telle ou telle marque ou d’une boîte DSG, mais le principe est toujours le même et peut être résumé par le croquis ci-dessous.

Pour simplifier, il faut se rappeler que les dispositifs adaptatifs « corrigent » les pressions « théoriques » afin de prendre en compte le jeu interne (de la boîte, des embrayages…), l’usure des embrayages et enfin la viscosité de l’huile (qui évolue dans le temps).

Sans adaptifs, la boîte va :

  • Patin si les pressions nominales ne sont pas suffisantes en raison de grands dégagements internes et/ou de l’usure de l’embrayage
  • Donne des secousses si au contraire les jeux sont trop faibles…

Une fois ces notions assimilées, il est essentiel de comprendre que :

  • Les valeurs d’adaptation dépendent de la construction et de l’état de la boîte prises individuellement et à un kilométrage donné : il n’y a donc pas une ou plusieurs valeurs d’adaptation « normales », car chaque boîte a ses propres valeurs à un moment donné de « sa durée de vie ».
  • Les valeurs d’adaptation ne sont pas fixes et évoluent au fur et à mesure de « l’usure » de la boîte de vitesses, des embrayages et de l’évolution de la viscosité de l’huile…

Ce dernier point est très important à retenir : les adaptations des valeurs changent continuellement, c’est ce qu’on appelle « auto-adaptation » de la boîte .

  • Que signifie une boîte auto-adaptative ?

Toutes les transmissions automatiques modernes sont auto-adaptatives  !

Réducteurs automatiques, boîtes DSG ou CVT : l’auto-adaptation est nécessaire pour un fonctionnement fluide et correct de la boîte de vitesses  : sans glissement ni secousses.

Au fil du temps et de « l’usure » interne de la boîte, les valeurs d’adaptation doivent être modifiées. Les capteurs internes de la boîte permettent une analyse fine des micro-glissements ou même des secousses. L’ECU ajuste les valeurs d’adaptation en conséquence pour réduire ces phénomènes et garantir un fonctionnement optimal de la boîte de vitesses. Cela signifie donc que les valeurs sont constamment corrigées. Ainsi, si les valeurs d’adaptation sont nulles ou incorrectes, la boîte corrigera ces valeurs par elle-même afin d’arriver à un fonctionnement correct. Il ne sert donc à rien de refaire régulièrement les ajustements de base : la boîte fait le travail par elle-même et au fur et à mesure !

noter qu’un cycle complet d’auto-adaptation nécessite entre 1500 et 3000 km de conduite A . Donc après une vidange d’huile qui génère du patinage ou des secousses : pas de conclusion hâtive tant que vous n’avez pas parcouru au moins 1500 km !

  • Quels sont les paramètres de base ?

Les paramètres de base permettent un apprentissage rapide des valeurs d’adaptation . En d’autres termes, les paramètres de base obligent la boîte à réapprendre en accélérant les valeurs d’adaptation nécessaires pour son bon fonctionnement. Nous comprenons donc pourquoi, ils sont essentiels après un changement d’huile et tout remplacement de pièce.

Si les réglages de base ne sont pas effectués après une vidange d’huile, le véhicule fonctionnera mais avec des glissades ou des secousses potentiellement importantes… Dans ce cas, si rien n’est fait (et dans le cas d’une boîte en bon état) ceux-ci disparaîtront progressivement grâce à l’auto-adaptation de la boîte qui prendra le relais et ramènera les adaptateurs à des valeurs correctes.

Remarque : les réglages de base peuvent être limités à une adaptation rapide des embrayages, mais peuvent également couvrir d’autres variables de fonctionnement de la boîte de vitesses telles que les réglages CAN ou les valeurs de déplacement de la fourche (boîtes DSG).

  • Qu’est-ce qu’un parcours d’adaptation ?

Un parcours d’adaptation est un road trip à effectuer après une adaptation rapide de l’embrayage. Ce parcours consiste en une séquence d’accélérations et de freinage et/ou de roulement à vitesse stabilisée dans un ou plusieurs rapports afin de faciliter auto-étude de la boîte.

L’objectif du parcours d’adaptation est d’ « affiner » les valeurs d’adaptation après une adaptation rapide des embrayages.

En effet, l’adaptation rapide des embrayages est rendue le véhicule à l’arrêt, et donc sans tenir compte des contraintes de conduite réelles telles que : la résistance (frottement) à l’avancement de la transmission ou des pneus sur le goudron, l’inertie (poids) du véhicule… etc… Si les adaptations rapides permettent le bon fonctionnement du véhicule, il ne sera pas aussi optimal qu’après roulement et auto-adaptation. C’est pour cette raison que la boîte de vitesses atteint son plus haut niveau de confort de conduite après 1500 à 3000 km. De même, si le chemin d’adaptation n’est pas réalisé, ce n’est pas « sérieux » ! L’auto-adaptation est là et prend le dessus !

Remarque : certaines transmissions automatiques d’ancienne génération ne permettent pas une adaptation rapide. Dans ce cas, la réadaptation des valeurs ne peut se faire qu’avec un chemin d’adaptation défini par le fabricant de la boîte.

Un exemple de procédure de trajectoire d’adaptation sur une boîte de vitesses ZFBMW.

vous pourriez aussi aimer